Le système de gestion scolaire - Edubicle devient School Champion

Bac, Cepe et Bepc 2012 : Pourquoi les résultats sont mauvais

/Files/photogallery/Bac 2012.jpg

Les résultats des examens de la session 2012 ne sont pas du tout bons. Ils sont même catastrophiques et n’honorent pas la Côte d’Ivoire. 25,27% d’admis pour le Bac, 17,03 % pour le Bepc et 55,07 % pour le Cepe sont les différents taux de réussite pour la session 2012. Comparativement aux examens de l’année précédente, les résultats de cette année sont relativement en hausse par rapport à ceux de 2011, à savoir 20,59 % au Bac, 16,88 % au Bepc et 58,22 % au Cepe. Depuis près de deux ans, les résultats n’ont pas véritablement varié. Ils reflètent indubitablement le niveau réel des élèves de Côte d’Ivoire. Sinon comment expliquer l’écart considérable de ces dernières sessions avec 31,77% au Bac en 2005. Et 30 % au Bepc en 2010. Toutefois, la débâcle est intervenue en 2010 et 2011. Il faut le dire tout net, le taux élevé d’admis pourrait être consécutifs à la présence massive des réseaux de fraudeurs qui étaient difficilement à démanteler sous l’ancien régime. Ce, simplement par un manque de volonté politique. Tant entendu que de forts soupçons pesaient sur des responsables de la tutelle. Ces réseaux sont en train d’être démantelés grâce à, la perspicacité du ministre de l’Education Nationale, Kandia Camara et son équipe. Un dispositif anti-fraude a été, cet effet, mis en place depuis 2011 dernière. Il a été d’ailleurs renforcé cette année avec un système de SMS. Avec en prime l’interdiction des téléphones portables dans les centres d’examen. Cette opération a permis de saisir plus de deux mille téléphones portables. Et une vérification des boites à message de ces portables a permis à l’Inspection Générale de l’Education Nationale d’y découvrir des sujets corrigés. Et grâce au système anti-fraude, 13 enseignants ont été mis aux arrêts (sept à Abidjan, cinq à Gagnoa et un à Bouaké pour la session 2012). A l’analyse, on peut affirmer aisément que le fait de juguler la fraude a impacté sur les résultats des examens de fin d’année. L’’on s’interroge de savoir si les taux élevés de réussite des années antérieures n’étaient pas liés à une forte présence du réseau de fraudeurs ? Hormis ce facteur, le niveau des élèves décroit considérablement. Nombre d’entre eux passent le clair de leur temps dans les Cybercafés à la recherche des sujets déjà corrigés. Ils fréquentent rarement les bibliothèques. Les parents d’élèves ne sont pas épargnés. Ils n’y a généralement pas de suivi à la maison. Ils sont rares les parents qui vérifient le contenu des cours de leurs enfants. Alors que les enseignants seuls, ne peuvent pas assurer l’encadrement des enfants. Quant aux enseignants, ils ne sont pas dédouanés. Nombre d’entre eux ont un problème de formation. Du moins, ils ne se sont pas appropriés la Formation par Compétence (FPC) qui est une technique Pédagogique actuellement en cours dans le système éducatif Ivoirien. Le Coordonnateur Général, Inspecteur général, de l’Inspection générale de l’Education Nationale, Kourouma Mamadou a relevé récemment que 25% des enseignants ne maîtrisent pas la Formation par Compétence. « Il faut recadrer cette formation » a-t-il indiqué. Précisant qu’il faut s’attendre à des meilleurs résultats scolaires d’ici trois ans.

Korhogo : faible taux de réussite aux examens scolaires Lire la suite...

Anzoumana Cissé,
Mack Dakota, Correspondant

Publié le jeudi 23 Août 2012 | Le Patriote

Source d'Information: www.abidjan.net

Nombre de visualisations: 40

Commentaires